Return to Echappement
Echappement - Road Test: Fiesta Group 2
"Essai. Ford Fiesta 1600 Groupe 2. Not so funny...but very efficace!"
August 1979
Next

 

 

Home » Magazine Articles » French FR » Echappement »

Road Test: Fiesta Group 2




Thank you to Frank Dauber (aka fiestaseriex) for supplying this article.

Echappement - Road Test: Fiesta Group 2 - Front Cover

Echappement - Road Test: Fiesta Group 2 - Page 1

Echappement - Road Test: Fiesta Group 2 - Page 2

Echappement - Road Test: Fiesta Group 2 - Page 3

Echappement - Road Test: Fiesta Group 2 - Page 4

Echappement - Road Test: Fiesta Group 2 - Page 5

Echappement - Road Test: Fiesta Group 2 - Page 6

Echappement - Road Test: Fiesta Group 2 - Page 3

English Translation and Original Text Below


TEST: FORD FIESTA Gr.2 "FACTORY"

In Europe, the Fiesta is that the 1000 and 1300. But 1600 is a model product for the USA: it is from this early version that Ford has developed the group 2. Powered by 2 Weber carburetors 45, the 4 cylinder tumbled currently developing 155 horsepower. The assembly of the injection will soon have 165. The lubrication is dry sump. Transversely on the front axle, the engine causes a 4 speed box (box 5 is provided, but not before 1 or 2 years). The differential is equipped with an interlocking Ferguson. The suspension has been harder springs and Bilstein shock absorbers, and 4 are disc brakes, a dispatcher with front / rear adjustable from inside the car. A hoop of light alloy was mounted, and dials indicating additional pressure and oil temperature, a twin master electronic and 2 large harness.

The little Fiesta, broad and stocky in appearance, was then, this day at least as fast as the famous Escort who flew the last Monte Carlo and won the Portugal and Acropolis! If you think about it, it's for the same reason that every year the winter ice Round of Serre-Chevalier, small Peugeot 104 do a special festival for the same reason that the two Renault 5 Alpine Group 2 Ragnotti Fréquelin and have finished 2nd and 3rd Monte Carlo 78 (one where there was so much snow, remember) ...

These small front-wheel drive are terribly effective on the slide. But as Bjorn Waldegaard said: "not so funny", not very funny and at least a thousand times less than Escort.

It must be said that the Escort is a fantastic car to drive on snow. It is full of finesse driver, fingertips, qualifying countersteering and acceleration. It is always "the square" and nothing is more exhilarating than to control huge slides, with crystal clear sound of 260 horsepower 4-cylinder aluminum pushed to 10000 towers. Alas! despite the ABS, the rear wheels of the skate much Escort: the engine in front, they do not receive enough weight to "pass" the enormous power effectively, and it takes all the talent of a Waldegaard or Mikkola to go at this pace over the snow, a wonderful joke that neither they nor the fans who were fortunate enough to see them pass, fail to tire, so it looks fantastic.

The Fiesta behaves quite differently. Drawing incessantly on the wheel, never countersteer, still understeer. At the entry to turn it up a moment off the throttle to slide a little behind, but we do not countersteer. Instead, it shines up in the direction of turn, accelerating to bottom. This acceleration that maintains a balance between rocking understeer (it takes too much amplitude is given a slight tap on the brakes with the left foot while continuing to accelerate at the bottom) and oversteer (just accelerate even more to stop it). Outwardly, it is rather ugly, at least when it comes to see pass the Escort! The Fiesta goes slightly sliding the front wheels completely surbraquées, bottom lock, and the turn ends still understeer. Waldegaard, who has not used the front-wheel drive, uses almost no technique "left foot braking. He is content to go very quickly, anticipating the understeer.

My turn! It is not easy to be relaxed when a passenger Mr Waldegaard and we're on the snow! Finally, he decided to trust. Fortunately, the group 2 is that I drive that had the great Ari Vatanen at the last Monte Carlo is a LHD. The steering is very direct but retains enough sweetness, at least on the snow. However, the box is incredibly strong: it must be almost.....

Captions -

Top - The car cut to the snow and earth...



Original Text


ESSAI: FORD FIESTA Gr.2 "USINE"

En Europe, la Fiesta n'existe qu'en 1000 et 1300 ce. Mais un modèle 1600 est produit pour les U.S.A. : c'est à partir de cette lointaine version que Ford a élaboré la groupe 2. Alimenté par 2 carburateurs Weber de 45, son 4 cylindres culbuté développe actuellement 155 chevaux. Le montage de l'injection permettra bientôt d'en avoir 165. Le graissage est à carter sec. Disposé transversalement sur l'essieu avant, ce moteur entraîne une boîte 4 vitesses (la boîte 5 est prévue, mais pas avant 1 ou 2 ans). Le différentiel est équipé d'un autobloquant Ferguson. La suspension a reçu des ressorts plus durs et des amortisseurs Bilstein, et les 4 freins sont à disques, avec un répartiteur avant/ arrière réglable de l'intérieur de la voiture. Un arceau en alliage léger a été monté, ainsi que des cadrans supplémentaires indiquant pression et température d'huile, un twin master électronique et 2 gros harnais.

La petite Fiesta, large et trapue d'allure, allait donc, ce jour-là du moins, aussi vite que les fameuses Escort qui ont survolé le dernier Monte-Carlo et gagné le Portugal et l'Acropole ! Si l'on y réfléchit bien, c'est pour le même raison que, chaque année à la Ronde hivernale sur glace de Serre-Chevalier, les petites Peugeot 104 spéciales font un festival, pour la même raison que les deux Renault 5 Alpine groupe 2 de Ragnotti et Fréquelin ont fini 2e et 3e du Monte-Carlo 78 (celui où il y avait tant de neige, souvenez-vous)...

Ces petites traction avant sont terriblement efficaces sur la glisse. Mais, comme dit Bjorn Waldegaard : " not so funny ", pas très amusantes et en tout cas mille fois moins qu'une Escort.

Il faut dire que l'Escort est une auto fantastique à conduire sur la neige. Elle se pilote tout en finesse, du bout des doigts, en nuançant le contrebraquage et l'accélération. On est en permanence "à l'équerre " et rien n'est aussi grisant que de contrôler d'immenses glissades, au son cristallin des 260 chevaux du 4 cylindres alu poussé à 10000 tours. Hélas! malgré l'autobloquant, les roues arrière de l'Escort patinent beaucoup: le moteur étant à l'avant, elles ne reçoivent pas assez de poids pour "passer" efficacement l'énorme puissance, et il faut tout le talent d'un Waldegaard ou d'un Mikkola pour aller à cette allure sur la neige, merveilleuse facétie dont ni eux, ni les spectateurs qui ont eu le bonheur de les voir passer, ne parviennent à se lasser, tant cela paraît fantastique.

La Fiesta se conduit tout à fait différemment. En tirant sans cesse sur le volant, sans jamais contrebraquer, toujours en sous-virage. A l'entrée du virage on lève un instant le pied de l'accélérateur pour faire glisser un peu l'arrière, mais on ne contrebraque pas. Au contraire, on braque au maximum dans le sens du virage, en accélérant à fond. C'est l'accélération qui maintient un équilibre dandinant entre le sous-virage (s'il prend trop d'amplitude, on donne un léger coup de frein du pied gauche tout en continuant à accélérer à fond) et le survirage (il suffit d'accélérer encore plus pour l'arrêter). Vu de l'extérieur, c'est plutôt laid, en tout cas lorsqu'on vient de voir passer l'Escort ! La Fiesta passe en légère glissade, les roues avant complètement surbraquées, à fond de butée, et le virage se termine toujours en sous-virage. Waldegaard, qui n'a pas l'habitude des traction avant, n'utilise pratiquement pas la technique du " freinage pied gauche ". Il se contente d'entrer très vite, en anticipant le sous-virage.

A mon tour ! Ce n'est pas facile d'être décontracté lorsqu'on a pour passager Monsieur Waldegaard et qu'on est sur la neige ! Enfin, il a décidé de faire confiance. Heureusement, la groupe 2 que je conduis est celle qu'avait le génial Ari Vatanen au dernier Monte-Carlo : c'est une conduite à gauche. La direction est très directe mais conserve une douceur suffisante, en tout cas sur la neige. En revanche, la boîte est incroyablement ferme : il faut presque être.....

Captions -

Top - Des voitures taillées pour la neige et la terre...


 


 
Share |